Faire marcher les PME est la clé pour déverrouiller le marché de consommation en Afrique

Du fait de l’augmentation de la demande de biens et services, et de la population ayant une augmentation de revenue disponible, McKinsey estime que les dépenses des consommateurs vont augmenter de près de 1tn de dollars en Afrique d’ici 2020. Maintenant plus que jamais, les PME cherchent à profiter des opportunités que ces conditions ont engendrées. Toutefois, avec le vide des crédits dépassant les 360 bn de dollars, ces entreprises auront des difficultés à répondre à la demande.

Round-Table-Ovamba

La Banque Mondiale rapporte que les PME représentent maintenant 90% du tissu économique africain. Et presque 2/3 de l’emploi à plein temps des marchés émergeants. Malgré cela, elles ont un accès très limité au crédit rapide, sûr et abordable. Les institutions financières en Afrique ont prouvé être mal équipée pour affronter la demande de crédit des PME, qu’elle manque d’infrastructure nécessaire pour une bonne évaluation de risque, prêter vite et prêter sûrement. Avec une telle proportion de l’économie africaine dépendant des PME, il est important pour elles d’avoir accès au capital dont elles ont besoin afin d’éviter que l’économie africaine tombe dans ce que les économistes décrivent comme « le piège du revenu moyen » et stagnent.

cropped-Ovamba-Logo-e1447406321787.png

Les difficultés du secteur bancaire ne sont pas représentatives des régions où l’Afrique s’est rapidement adaptée à son marché, tel que la technologie mobile. La pénétration mobile en Afrique est maintenant à 67% grandissant constamment année après année et Ericsson s’attend à des chiffres atteignant 100% d’ici 2021. La popularité des appareils mobiles représente une énorme opportunité pour les entrepreneurs qui peuvent les utiliser.

La prochaine table ronde abordera ses questions, regardant les opportunités pour les PME et choisissant une issue aux difficultés auxquelles elles font face. Les participants discuteront d’idées novatrices afin de combler le manque d’infrastructure, les mécanismes de risques et organiser des procédures de vérification de références qui barrent actuellement le chemin du capital accessible. Plus important, ils discuteront des idées, des nuances politiques et des tendances de marché qui changeront la manière dont les petits commerces sont faits en Afrique.